Les Sœurs Maristes

Archives de catégorie : Actualités

Le 30 juin, anniversaire de la mort de Jeanne-Marie Chavoin, fondatrice des Sœurs Maristes. A cette occasion, toutes les sœurs Maristes du monde célèbrent sa fête dans la joie et dans l’action de grâce.

Bien que Jeanne-Marie Chavoin ne soit pas canonisée, nous sommes unies de cœur dans la prière pour célébrer cette fête.

Nous nous tournons vers la Vierge Marie, notre Mère et notre 1ère fondatrice.

Quelques textes guident notre prière :

« Jeanne-Marie Chavoin, tu as quitté ton pays pour commencer la Société de la Sainte Vierge. Animée de l’esprit de Marie, tu as vécu avec tes Sœurs dans la simplicité et la discrétion, au service des pauvres et des petits. Accorde à celles qui marchent déjà sur tes traces de vivre de ce même esprit et entraîne dans ton sillage celles qui aujourd’hui se sentent attirées par ton exemple. Ainsi puisse l’esprit de Marie, vivant au cœur de l’Eglise, se répandre à travers le monde. Amen. »

« Nous sommes appelées à être présence de Marie dans le véritable esprit de Jeanne-Marie Chavoin, méditant les voies de Dieu au plus profond de nos cœurs, accueillant Dieu dans nos vies, donnant chair à la Parole, dans l’inconnu et caché de notre Nazareth personnel.

Inspirées par la vie de Jeanne-Marie Chavoin et brûlantes de son esprit, ici, maintenant, nous recherchons sa sagesse pour voir avec les yeux de la foi et un cœur sans partage les grâces que Dieu désire répandre sur nous.

Soyez un seul cœur et une seul âme, soudées dans l’unité, attirant sur ce lieu la grâce abondante du ciel, une famille d’amour, vivant dans un grand esprit de foi, simplement, humblement, cherchant Dieu en toutes choses.

Dans notre monde, les besoins n’ont jamais été aussi grands ; nous sommes appelées à faire le bien par la prière et par l’action, nous répondons fidèlement à cet appel avec compassion et intérêt, faisant de grandes choses pour Dieu au service de son peuple. »

Le 26 avril, trois sœurs maristes ont célébré leur jubilé de diamant (60 années de vie religieuse) dans la chapelle de Bon-Repos. Elles ont renouvelé leurs vœux en présence de sœurs d’autres communautés, de leurs amis, de personnes de la paroisse.

Célébrer un jubilé, c’est l’occasion de rendre grâce ensemble au Seigneur, de renouveler son engagement, de se retrouver et de faire la fête.

Sœur Marie-Emmanuel, Sœur François-Marie, Sœur Marie-Yvonne avaient fait leurs premiers vœux il y a 60 ans, à Saint-Prix (Val d’Oise). Elles ont été envoyées toutes les trois, à différentes périodes de leur vie, en mission à l’étranger, en particulier au Sénégal. Elles sont maintenant en communauté à Bon-Repos (Belley, Ain), berceau de la congrégation des sœurs maristes.

Nous nous réjouissons avec elle, et comme Marie, nous chantons

Magnificat

Le Christ est ressuscité, alleluia ! Pourquoi chercher parmi les morts celui qui est vivant ? Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie. Alleluia ! Reine du Ciel, réjouis-toi, alleluia, car le Seigneur que tu as mérité de porter, alleluia, est ressuscité comme il l’a dit. Alleluia .

De l’évangile selon St Jean (20,1-9)

                       Le premier jour  de la semaine, Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.

Simon-Pierre que le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.

C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Ecriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

En route vers Pâques avec Marie. « Marche avec nous, Marie sur nos chemins de croix, ils sont chemins vers Dieu » (V 565). « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co. 5, 20). « Faites tout ce qu’il vous dira » (Jn 2, 5)

Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de croix, ils sont chemins vers Dieu. V 565.

Laissez-vous réconcilier avec Dieu.  2 Co 5, 20

Faites tout ce qu’il vous dira. Jn 2, 5

C’est aujourd’hui le temps favorable, c’est aujourd’hui le jour du Salut. Is.49,8

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Ps. 24, 4

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu… que l’esprit généreux me soutienne. Ps. 50/51, 12-14

Dieu, fais-nous revenir, que ton visage s’éclaire et nous serons sauvés. Ps 79/80, 4

Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur mais écoutez la voix de Seigneur. Ps. 94/95, 7-8

Près de la croix, se tenait sa mère… Jésus dit à sa mère : « Femme voici ton fils », puis il dit au disciple : « Voici ta mère ». Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Jn 19, 26-27

En route vers Pâques avec Marie

Prions

◊ pour les catéchumènes qui seront baptisés à Pâques

◊ pour tous ceux qui souffrent des guerres

◊ de la torture, de jugements injustes, de violences diverses

◊ de la faim

◊ de divisions, de haine

◊ de solitude, d’exclusion

◊ pour les malades, les prisonniers, les migrants

◊ etc… etc…

Que des bonnes volontés se lèvent pour les secourir et que la miséricorde de Dieu et le regard maternel de Marie leur vienne en aide.

 

Au cours du mois de janvier, une quarantaine de sœurs maristes de moins de soixante ans, venues du monde entier sont réunies à Dakar pour vivre un temps fort spirituel et de formation continue.

Elles sont originaires de Gambie, Sénégal, Bénin, Philippines, Fidji, Tonga, Samoa, Nouvelle-Zélande, Australie, Mexique, Venezuela, Colombie, Brésil,  Angleterre,  Irlande, Allemagne,  Espagne.

La diversité d’origine de ces sœurs montre à la fois l’universalité et l’unité de la congrégation.

Les sœurs de l’administration générale ont désiré réunir des sœurs en pleine activité pour leur procurer un temps fort spirituel et l’occasion de se connaître et de vivre ensemble le charisme mariste à travers la diversité des cultures et des langues.

Toutes, nous sommes appelées « gracieusement » à « penser comme Marie, juger comme Marie, sentir et agir comme elle, » autrement dit à « vivre l’évangile à la manière de Marie » pour « travailler activement à l’annonce de l’évangile  là où nos supérieures nous envoient ».

Joyeux Noël ! Le Fils de Dieu a voulu se faire l’un de nous. Avec Marie, accueillons cet Enfant venu partager notre vie. Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Gloire à Dieu et paix aux hommes aimés par Dieu !

Du fond de l’abîme, je crie vers toi, Seigneur. Ps. 129/130,1

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière.  et  sur les habitants de l’ombre une lumière a resplendi. Isaïe 9,1

Soyez forts, ne craignez pas : voici votre Dieu Dieu : il vient lui-même et va vous sauver. Isaïe 35, 4

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Jean 3,16

Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous. Jean 1,14

Quand les temps furent accomplis, Marie mit au monde son fils premier né, elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans hôtellerie. Luc 2, 6

Je vous annonce une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Luc 2, 11

Le 2 décembre, Tulua, jeune femme originaire de Tonga, a prononcé ses premiers vœux à Orakei (Nouvelle-Zélande), entourée des communautés environnantes et de sa famille.

Tulua a fait profession en présence des Sœurs Maristes, de sa mère qui  a fait le voyage depuis Tonga. D’autres membres de sa famille sont aussi venus de loin : U.S.A., Tonga, Samoa, Australie, Nouvelle-Zélande.  La cérémonie a été présidée par l’évêque d’Auckland.

Gemma, responsable des Sœurs de Nouvelle-Zélande, a reçu l’engagement de Tulua qui a déclaré clairement et fermement son désir de vivre les vœux de pauvreté, chasteté, obéissance dans la congrégation de Marie, les Sœurs Maristes.

Nous prions pour elle et nous réjouissons pour elle et pour toute notre Congrégation. Rendons grâce au Seigneur ! Magnificat !

Le Conseil Général Plénier (CGP) des Sœurs Maristes s’est tenu à Dublin (Irlande) du 15 septembre au 1er octobre. Il a été suivi, le 3 octobre, de la célébration du bicentenaire du départ de Coutouvre des deux premières sœurs pour « commencer la Société de la Sainte Vierge »

Le CGP est composé des membres de l’administration générale et des supérieures représentant chaque pays où est implantée la Congrégation.

Il se réunit une fois entre deux Chapitres Généraux et se tient à chaque fois dans un pays différent.

Conseil général plénier 2010 en Angleterre

Son rôle est :

  • favoriser l’unité à l’intérieur de la Congrégation,

  • approfondir les orientations données par le Chapitre Général

  • étudier certaines matières importantes en lien avec la mission de la Congrégation.

Répondant à l’appel de Pierre Colin, ancien vicaire de Coutouvre, Jeanne-Marie Chavoin et Marie Jotillon, arrivent à Cerdon en automne 1817.

« Nous avons quitté notre pays et nos parents pour commencer la Société de la Sainte Vierge ». C’est ce départ de Coutouvre que nous voulons célébrer, à Coutouvre même le 3 octobre 2017 au cours d’une messe d’action de grâces.

Sœur Grace et deux conseillères générales étaient présentes ainsi que des Responsables d’Unités : France, Italie, Australie, Mexique, Philippines, Afrique de l’Ouest, Nouvelle Zélande, Fiji et Marie Challacombe.

 

« Nous avons quitté notre pays et nos parents pour commencer la Société de la Sainte Vierge »

Coutouvre autrefois
Coutouvre aujourd’hui
Maison natale de Jeanne-Marie Chavoin

 

 

Octobre 1817 – 2017

Après le 23 juillet 2016 à Fourvière et le 2 janvier 2017 à La Valla, c’est à notre tour, à nous Sœurs Maristes, de vous inviter à célébrer nos 200 ans d’existence !

Répondant à l’appel de Pierre Colin, ancien vicaire de Coutouvre, Jeanne-Marie Chavoin et Marie Jotillon, arrivent à Cerdon en automne 1817. « Nous avons quitté notre pays et nos parents pour commencer la Société de la Sainte Vierge ».

C’est ce départ de Coutouvre (Loire) que nous voulons célébrer, à Coutouvre-même

le 3 octobre 2017

au cours d’une messe d’action de grâces. Des Sœurs de différents pays se joindront à nous pour cette célébration.

Des précisions vous seront données plus tard.